Foumban, la Cité des Arts du royaume Bamoun

Publié par en Avr 16, 2017 dans Afrique, Cameroun | 5 Commentaires

Nous poursuivons la route des Chefferies ce matin en direction de Foumban. 50 km jusqu’à Bafoussam que nous traversons, puis 60 km d’une bonne route goudronnée pour atteindre le Sultanat Bamoun en une heure. A mi-chemin, nous déjeunons dans un décor magnifique au bord du lac PETPENOUN !

Petpemoun1

En arrivant au Palais royal de Foumban, j’aperçois une drôle de construction qui ressemble étrangement à une araignée sur un serpent ! Il s’agit du nouveau Musée des traditions Bamoun ! Le chantier est quasiment terminé et l’ouverture est prévue pour la fin d’année. 

Foumban1

En fait, il s’agit d’un serpent à deux têtes, surmonté effectivement d’une araignée géante. Tout simplement magnifique ! 

Foumban8

Alidou, le guide du musée depuis plus de dix ans, m’apprendra un peu plus tard que le serpent bicéphale est le symbole de la double puissance du roi MBUEMBUE, le 11ème roi de la dynastie Bamoun, qui vainquit jadis des tribus rivales sur deux fronts, dont l’une avait tenté de l’impressionner avec un serpent géant factice !  Tandis que l’araignée symbolise le travail et la sagesse !

D’après la légende, ce fameux roi Mbuembue mesurait 2,60 mètres de hauteur. Il avait une tête, des oreilles et des yeux énormes. Lorsqu’il parlait, on l’entendait à 6 kilomètres à la ronde. Et lorsqu’il grondait, il se faisait entendre sur 15 kilomètres. Il restait couché pour s’entretenir avec ses visiteurs, et lorsqu’il s’asseyait, ceux-ci prenaient la fuite !

Foumban11

Mais pour l’heure, je vais découvrir les secrets de la dynastie des rois Bamoun et l’incroyable épopée du sultan Njoya qui inventa notamment une religion inspirée du christianisme et de l’islam, ainsi qu’une écriture royale de 510 signes syllabiques, réduits plus tard à 70 signes.

Foumban2

Le Palais Royal de Foumban, estampillé Patrimoine mondial de l’Unesco.

Foumban3

Foumban6

Foumban4

Foumban5

Foumban7

Foumban19

La visite du Musée me plonge dans l’histoire de la civilisation du peuple Bamoun. Ses symboles, ses rites, ses guerres, et les rois qui se sont succèdés pendant près de 600 ans. Alidou m’apprend que ce palais a été construit en 1917 par le roi Ibrahim Njoya. La première bâtisse a d’abord été élevée en bois et en bambou, mais à chaque rébellion, le palais était incendié. En visite à Buea, dans le Sud-Ouest, le roi Njoya découvrit des bâtisses construites en terre cuite par les Allemands et décida de modifier l’architecture de son palais.

Foumban-24

Le manteau de plumes qu’arborent tous les rois lors de leur intronisation est accroché dans un coin du musée. L’usure du temps n’a pas eu raison du vêtement. On retrouve tout près du manteau de plumes, quelques emblèmes du roi, notamment son tapis en peau de panthère qui mesure 15 mètres, son chasse mouche en queue de cheval et les deux ivoires d’éléphant que l’on place derrière le siège du roi pour symboliser sa grandeur et sa puissance.

Foumban-23

Le musée regorge de fusils de guerre,  de lances empoissonnées et autres armes, mais aussi d’objets de protection comme ces masques avec têtes d’oiseau, que l’on mettait au dessus des toits pour chasser les mauvais esprits. Il y a aussi ce luth, instrument de musique joué pour les malades, la tenue de Mangweloune, la danseuse du roi Njoya Ibrahim. Ce dernier a marqué l’histoire du peuple Bamoun par de nombreuses inventions. En 1896, il créa l’alphabet Shü mom (encre du peuple Bamoun) en 510 signes, réduits quelques années plus tard à 80 syllabes. Avec cette écriture, le roi Njoya écrivit des livres sur la médecine traditionnelle, dont certains ont été traduits en français parait-il. Lié à 6OO femmes, le roi Njoya créa des actes de mariage et rédigea  » Le livre de l’amour », un véritable kamasutra avec 99 critères pour apprécier une femme ! Il existe aujourd’hui une école qui enseigne l’écriture du roi Njoya. Foumban-26

Présentation sympathique des instruments de musique traditionnelle, dont le balafon bien sûr !

Foumban36

Foumban37

Foumban29

La visite se poursuit à l’extérieur du Musée, en plein milieu du marché (c’est mercredi), haut en couleurs, à la découverte de la case du tambour sacré.

Foumban28

Foumban27

Foumban14

L’énorme Tambour Nkindi (3,55m de long – 1,17m de hauteur –  1,3m de diamètre) résonne pour annoncer au peuple Bamoun qu’il est temps de se rendre à la cour du roi. Durant la fête traditionnelle de Ngoun, l’armée royale revêt sa plus belle tenue de guerre et se dirige vers la cour du Nja pour attendre le roi. Cette coutume est connue sous le nom de Fit Nkindi.Foumban13

Foumban30

Le fameux Roi NJOYA. Il créa également sa propre religion et sa propre bible, en puisant dans les versets de la bible, du coran et dans les rites traditionnels qu’il entendait conserver ! C’est à cette époque que le titre de « sultan roi » naquit.

Foumban31

Un peu plus tard, je découvre « au quartier » une forge de cuivre atypique !

Foumban32

Foumban33

Foumban34

Foumban35

Foumban15

Foumban17

Foumban16

La route de l’ouest et des chefferies Bamiléké

5 Commentaires

  1. Nelson
    13 mai 2017

    Bonjour, merci pour cette visite assez riche en pays bamoun, j’aimerais savoir si vous avez visité le deuxième musée (musée des art et tradition) qui se trouve au village des artisans, dans ce cas serait-il possible de m’envoyer quelques photos.

    Répondre
    • Pascal Navarret
      13 mai 2017

      Bonjour,
      Merci pour ce retour.
      Le nouveau Musée ouvrira ses portes en fin d’année 2017.
      A bientôt

      Répondre
  2. Titi
    15 mai 2017

    Salut Calou,

    ça fait plaisir d’avoir quelques nouvelles de tes pérégrinations au travers de ton site.

    J’espère que tout va bien, à bientôt

    Titi

    Répondre
  3. Michel de pierredon jean-yves
    6 octobre 2017

    Bonjour,
    J’écris un ouvrage sur la civilisation Bamoun. Seriez-vous d’accord pour qu’y figurent vos images, avec mention de votre nom et de votre blog?
    Merci de votre réponse
    Cordialement
    J-Y MICHEL DE PIERREDON

    Répondre
    • Pascal Navarret
      5 novembre 2017

      Bonjour,

      Je suis d’accord pour que vous utilisiez quelques photos sur la civilisation Bamoun dans votre ouvrage, mais uniquement dans votre ouvrage.
      Cordialement
      Pascal Navarret

      Répondre

Laisser un commentaire