Monteverde Cloud Forest: verte féerie dans la brume !

Publié par en Jan 6, 2018 dans Amériques, Costa Rica | Aucun commentaires

Ce matin, je vais vivre la fabuleuse expérience de la Cloud Forest de Monteverde. Déjà, l’arrivée sur le site est une aventure en soi car la route de 5 km depuis le centre de Santa Elena est pourrie. En plus, la forêt tropicale est prise dans une tempête de vent à décorner les rennes de Laponie, et il pleut juste de quoi rendre la piste boueuse à souhait. D’ailleurs, les bagnoles sont bloquées à un km de l’entrée pour cause de piste éventrée. Il me faut donc me taper ce km à pied, dans la gadoue jusqu’aux chevilles. Le décor est dressé, Monteverde c’est l’aventure rock n’roll !
Pour autant, à 7h30, je m’acquitte du droit d’entrée (20$us), et je vais me perdre, sans guide, dans cette épaisse forêt, au hasard des nombreux sentiers balisés du Parc. La Forêt dans les Nuages de Monteverde est une immense jungle tropicale, perchée à plus de 1500 mètres d’altitude (d’où son nom), d’une biodiversité remarquable.

J’assiste à une véritable explosion de couleurs vertes, d’odeurs et de bruits bizarres, où tous les étages sont obstrués par la végétation, du sol jusqu’aux cimes, et les végétaux poussent les uns sur les autres. Effectivement, les arbres sont immenses et se laissent volontiers envahir par d’autres plantes parasites.Et ce qu’il y a de très intéressant ici, c’est que je me sens enveloppé par la forêt. Les sentiers sont très étroits, et au fur et à mesure que je progresse, j’ai le sentiment que la canopée se veut infranchissable. Je ne vois plus le ciel, il fait plutôt sombre, et je suis prisonnier de ces fougères géantes et arborescentes, de ces ceibas qui touchent les nuages, des lianes qui s’entremêlent à tout ce qu’elles rencontrent.

Mais surtout, la brume s’est emparée des lieux, il pleut toujours par rafales, l’humidité est maximale, tout est détrempé, et la magie opère dans une ambiance mystique, presque ecclésiastique ! Oui, car en plus, je l’ai pour moi tout seul cette forêt de Brocéliande, ou presque, car je ne croise quasiment personne sur le chemin. Pourtant, elle est très fréquentée…

J’ai arpenté pendant 4 heures les senderos de la Réserve Biologique de la Forêt de Nuages de Monteverde, sur un parcours d’environ 12 km. Et je n’ai pas rencontré le moindre animal ! Ni singes hurleurs, ni araignées ou capucins, ni coatis, ni agoutis, ni batraciens, ni ocelots… Je les ai entendus, mais pas vus. Et encore moins le Quetzal, cet oiseau très coloré et très rare que tous les visiteurs viennent chercher ici. En effet, ce parc n’est pas réputé pour être un réservoir important d’animaux visibles (comme Manuel Antonio ou le Corcovado) mais plutôt pour ses espèces endémiques, dont le fameux Quetzal. Cet oiseau érigé au rang de divinité par les mayas résonne encore aujourd’hui comme un symbole en Amérique centrale. Le Guatemala en a même fait sa monnaie ! Pour info, il se présente avec deux longues plumes colorées à l’arrière, une crête de punk et un poitrail aux couleurs irisées, c’est peut-être le plus bel oiseau du monde !

Malgré tout, rien que la balade dans ce joyau de la nature est une expérience sensationnelle…

Parc du Volcan Arenal

Laisser un commentaire