La Nationale 7 de Tana à Ambalavao

Publié par en Juil 6, 2017 dans Afrique, Madagascar | Aucun commentaires

Nous déambulons dans le dédale des rues pavées qui montent et qui descendent d’une colline à l’autre. Il fait frais en ce mois de juin et une armée de nuages blancs laissent filtrer par endroits l’étendue bleu azur d’un ciel pur et les rayons aveuglants du soleil levant. Des escaliers Lambert, nous pouvons admirer les façades colorées de la ville.

Les points de vue depuis le quartier de la ville haute sont magnifiques. A deux pas du palais de la reine et de son musée, nous craquons sur la belle devanture orange et la terrasse panoramique du Relais de la Haute Ville, une bâtisse imposante aux allures d’un petit château.

En pénétrant à l’intérieur, on est tout de suite saisis par la décoration murs blancs et meubles anciens en bois massifs bruns qui lui donnent un petit air colonial dans une atmosphère rustique. Nous y avons mangé notre premier Romazava zébu-crevettes et brèdes en bouillon.

Le ventre et les papilles satisfaites, nous redescendons tranquillement vers l’avenue de l’indépendance et ce qu’il reste du Zoma, le célèbre marché de Tana réduit à sa plus simple expression à cause de sa mauvaise réputation.

Il est temps maintenant de prendre la route pour Antsirabe, sur la fameuse Nationale 7.

 

170 km et 4h de route plus loin, nous atteignons la ville thermale d’Antsirabe.

Antsirabe est la ville des tailleurs de pierres semi-précieuses  et de corne de zébu à Madagascar. On y trouve également des ateliers de fabrication d’objets métalliques à base de produits de récupération, de vannerie et de broderie.

Pour le plaisir, voici quelques photos de la route nationale 34 qui relie Antsirabe à Miandrivazo, qui est juste un must panoramique à Madagascar!

Continuation de la Nationale 7 au départ d’Antsirabe pour atteindre Ambositra (94 km), petite ville réputée pour ses ateliers de marqueterie et de broderie. Une route en lacets qui serpente entre les collines vertes et les rizières en terrasse, mais avec des gros rochers venus du centre de la terre.

Rencontre émouvante avec les élèves d’une classe de terminale pour des échanges très conviviaux.

Poursuite de l’aventure vers Fianarantsoa (150 km).

Continuation vers Ambalavao (60 km).

ISALO et la Route Saphir

 

 

Laisser un commentaire