Les routes vertigineuses du Géo-Parc de Dong Van

Publié par en Nov 7, 2017 dans Asie, Vietnam | Aucun commentaires

Après une bonne nuit de sommeil, nous poursuivons l’aventure en direction de Lung Cu et de la frontière avec la Chine.
A partir du bourg de Tam Son, la route serpente au cœur du Géopark «haut plateau karstique de Dong Van» qui s’étend sur 2 356 km2, le premier site géologique vietnamien classé Geopark par l’UNESCO (2010). Le paysage est spectaculaire avec une succession de pitons calcaires dénudés, de hautes montagnes et de profonds canyons (700-800 m) formés au cours de millions d’années par l’activité tectonique et l’érosion du calcaire.
Pause café dans le bourg de Yen Minh, ceinturé par une chaîne de montagnes dentelées et penchées, juste magnifique ! Un peu plus loin, la vue plongeante sur le village de Pho Cao, blotti entre deux versants montagneux, est absolument époustouflante.

Nous croisons beaucoup de Hmong sur la route, l’ethnie minoritaire la plus représentée dans la région. Comme ici un groupe de « Hmong bariolés »:

A environ 30 km de Yen Minh, et au niveau du village de Saphin, on s’autorise un petit détour en direction du village de Lung Cu, le « pôle nord » du Vietnam.

La route panoramique est magnifique. Mais c’est le week-end (samedi) et les vacances pour les vietnamiens qui viennent en masse sur le site. Que de bus qui ralentissent le trafic sur une route prévue pour une seule voie !

Le « pôle nord » vietnamien est symbolisé par la tour du drapeau, et ses 839 marches pour atteindre le sommet d’une petite colline, avec une vue imprenable sur la campagne montagneuse.

De retour à Saphin, nous partons explorer le palais de la famille Vuong, dit le Palais du roi Hmong, témoignage de l’opulence des notables Hmong sous la domination française.
Le panneau à l’entrée du site nous apprend que cette grande demeure est l’oeuvre d’un certain Vuong Chinh Duc (1865-1947), né à Sa Phin dans une famille Hmong. Homme intelligent et talentueux, il fut proclamé, à l’âge de 30 ans, chef des Hmong du district de Dong Van. Il fit sa fortune grâce à la culture et au commerce de l’opium avec les chinois, les japonais et les français (qui appelaient les Hmong: Meo, d’où le Meo dans Dinh Vua Meo, qui se traduirait par « Château du roi des Hmong »).

L’appellation « château » vient du fait de l’ajout de deux donjons en pierre à l’arrière de la bâtisse. Plus de 100 personnes y habitaient jadis, dont au moins trois femmes et d’innombrables enfants.  un village à lui tout seul ! Mais le lieu fut évacué en 1945 et les descendants habitent désormais en France et au Québec.

Nous atteignons Dong Van vers 17h30 à la tombée de la nuit. Le petit bourg est assailli par une horde de touristes vietnamiens qui mettent l’ambiance sur la grande place du marché de nuit transformée en méga restaurant de plein air. Les gens sont assis sur des petits tabourets, autour de tables basses, au centre desquelles est disposé un petit barbecue, pour griller sa viande soi-même : c’est plutôt sympa !

Notre chambre au Lam Tung Hôtel est idéalement située entre le marché de nuit quotidien et le marché traditionnel hebdomadaire que nous arpenterons dès demain, dimanche matin.

Le col de Ma Pi Leng sur la route du bonheur

 

 

Laisser un commentaire