Séville la magnifique

Publié par en Avr 12, 2012 dans Andalousie, Europe | Aucun commentaires

Cap sur le plus grand centre historique d’Europe où nous prenons nos quartiers dans un splendide hôtel typiquement andalou avec son grand patio arboré et fleuri, Las Casas de la Juderia positionné idéalement dans le casco historico de Séville.

DSC04162

DSC04283

Sans-titre-21

Nous sommes à deux pas de la Cathédrale, couronnée par la Giralda, son célèbre clocher. Il s’agit juste de la plus grande église gothique du monde, qui occupe l’ancien emplacement d’une mosquée almohade du XIIème siècle. La Giralda était à l’origine un minaret érigé sous l’impulsion d’un prince arabe en 1184. « la Girouette » tient son nom de Giraldillo, la statue de la Foi qui couronne le clocher ajouté sur le minaret en 1568.

DSC04229

Face à la cathédrale, j’aperçois les grands murs de l’Alcazar qui s’élèvent majestueusement. Ancienne forteresse arabe transformée en palais royal, ce chef d’oeuvre n’a pas été construit par les Arabes, curieusement, mais par les catholiques qui copièrent le style de leurs prédécesseurs, ce qui donna naissance au style Mudéjar.

Sans-titre12

DSC04366

Dès nos premiers regards dans le patio des Demoiselles, l’âme du palais s’insinue sous les arcades bleues et or  et dans le mélange de styles, gothique, hispano-musulman et mudéjar. Devant ces frises finement ciselées, symbolisant des versets du coran, je m’interroge sur ce tour de force qui permit aux vaincus d’imposer leur art à leurs vainqueurs !

DSC04383

Le salon des Ambassadeurs est tout aussi fascinant. C’est le joyau de l’Alcazar avec ses arabesques de stucs polychromes, ses linteaux raffinés et son plafond en bois de cèdre. Il nous conduit dans la galerie du Grotesque qui forme un déambulatoire au dessus des jardins somptueux. Je m’étonne de la maestria des Arabes à manier l’eau et l’art paysager. La balade est très agréable aux heures chaudes de la journée, au milieu des allées fleuries et des fontaines des jardins de l’Alcazar. Tout invite au rêve féerique. Enivrés par les odeurs de fleurs d’oranger et de jasmin, je me laisse bercer par le doux ruissellement de l’eau.

DSC04365

Sans-titre-3

Sans-titre-36

DSC04355

Nous prolongeons notre doux songe de printemps sur la Plaza de Espana. C’est une pure merveille d’architecture dans un décor tout à fait romanesque, un immense échiquier circulaire, truffé de ponts élégants enjambant d’étroits canaux navigables.

Sans-titre91

DSC04215

En toile de fond, une immense galerie se déploie en demi-cercle sur 170 m, entre deux tours magnifiques de 80m de haut, et nous dévoile ses 48 bancs couverts d’azulejos, illustrant chacun un épisode important de l’histoire des provinces espagnoles. Elle a été construite à l’occasion de l’Exposition Ibérico-Américaine qui s’est tenue à Séville en 1929, afin de symboliser la fraternité de l’Espagne avec ses anciennes colonies. Tout autour, d’immenses parcs verdoyants, comme le Maria Luisae, se prêtent à de jolies promenades romantiques.

Séville est une ville fascinante de beauté, un livre ouvert sur une histoire fabuleuse, immortalisée par une somme innombrable d’ouvrages d’art qui rivalisent de volupté et de raffinement. C’est mon coup de cœur andalou.

Voir aussi Cordoue

Laisser un commentaire